Abilio Diniz, infatigable

Abilio Diniz, infatigable

En 2013, Abilio Diniz (lemonde) prend la présidence du conseil d’administration de BRF (Brasil Foods), un géant de l'agroalimentaire. Depuis son départ du groupe GPA, l'homme d'affaires dédie son temps à Brasil Foods et projette de nouveaux investissements. À soixante dix-huit ans, il renoue avec le monde de la distribution au Brésil, avec un partenaire de choix. La société d'investissement multiplie par deux sa participation dans le capital de Carrefour France. Avec 5,07% du capital, l'entreprise d’Abilio Diniz est devenue le 4e porteur d'actions du géant.

Abilio Diniz, une enfance brésilienne

D'origine portugaise, la famille d'Abilio Diniz part pour le Brésil lors de la crise de 1929 Le jeune homme désire se perfectionner en économie en Amérique du Nord. Dans les années 1950, le jeune homme est diplômé d'une grande école de management dans sa ville natale. Abilio Diniz a vu le jour en 1936 dans la capitale économique du Brésil.

Un entrepreneur puissant au Brésil

En 2011, Abilio Diniz intègre la Chambre de Politique et de Performance et compétitivité, qui a comme buts de rendre compétitives les sociétés brésiliennes et d’améliorer l’efficacité des services publics. D’après le magazine brésilien "Epoca", il fait partie des 100 hommes les plus influents au sein du sous-continent brésilien. Abilio Diniz est devenu l’une des personnes ayant le plus de poids du sous-continent Brésilien.

Le groupe GPA reconquiert son équilibre comptable juste après la crise et commence les discussions de partenariat avec Casino. Il doit affronter la concurrence de Carrefour sur ses terres brésiliennes. L'union de Grupo Pão de Açúcar avec Carrefour Brésil rate en raison du refus de Jean-Charles Naouri et de l’abandon de la Banque Brésilienne de Développement. Dès juin 2012, Casino devient actionnaire majoritaire de Grupo Pão de Açúcar. C’est la désunion puis le départ d’Abilio Diniz du conseil d’administration l'année suivante. Abilio Diniz est de nouveau en mesure de placer son argent dans l'ensemble des secteurs économiques grâce à un accord signé en septembre 2013 avec Casino, lequel met fin à la clause de non-concurrence.

Sportif, Abilio Diniz démarre chaque jour par une session de sport. Autrefois joueur de football, il a par ailleurs exercé la capoeira et la musculation. Le businessman pratique la religion catholique, il est très attaché à Sainte Rita, la sainte des situations sans issue. Défendant le bien-être et la stimulation des équipes dans les sociétés, le "capitalisme responsable" est un courant lancé aux USA dont se revendique Abilio Diniz. Sous sa houlette, des salles de gym sont bâties dans les grandes surfaces GPA et des plans financés par l'entreprise incitant ses employés à prendre part aux marathons sont déployés. C'est un fait avéré : il est profondément convaincu des bénéfices du sport.

A voir